Publié le 18 Juin 2016

C'était la 3ème édition du Festival d'Orgues de Namur, rdv en 2017!

Festival d’orgues : vous avez dit génie ?

Le troisième Festival d’orgues de Namur s’est achevé par un concert d’une qualité incontestable avec Ton Koopman.

N.D.

Sur l’orgue Rudi Jacques du Grand Séminaire de Namur, c’est une heure de pur bonheur! Organiste, claveciniste, chef d’orchestre, musicologue, spécialiste mondialement reconnu du répertoire baroque, Koopman a offert un éventail de son immense talent, allant de compositeurs surtout connus des historiens aux plus grandes pointures (Buxtehude) pour finir chez Bach avec la célèbre Fantaisie en Sol majeur.

Koopman nous a montré combien la musique espagnole ancienne, tout comme celle des autres pays d’ailleurs, trouve ses racines dans le peuple et ses traditions: en écoutant le Todo el Mundo de Correa de Arauxo, c’est toute la magie du folklore millénaire de l’Espagne qui se déroulait devant les auditeurs. Certains accents évoquaient fugitivement les soirées flamenco qui font encore le bonheur des «tabernas» sévillanes et des bodegas grenadines.

Bach et sa famille sont géographiquement issus de la Thuringe, le centre de l’Allemagne, et selon que l’on soit de sensibilité latine ou germanique, on trouve dans l’œuvre du Cantor une sensualité priante ou une rigueur hiératique. Koopman fait indéniablement partie de la deuxième catégorie, son approche de Bach est brillante, attachée au texte, parfois fébrile, toujours exquise de légèreté et pleine d’effets de claviers parfois périlleux et osés. Rappelé par le public, Koopman a offert Bach à nouveau mais aussi une sonate de Scarlatti fleurant bon le clavecin.

Le troisième Festival d’orgues est vraiment une réussite. Dans le paysage musical namurois, il occupe désormais une place incontournable. Sa saison 2017 est d’ores et déjà en préparation et les idées sont nombreuses. D’autres instruments namurois sont pressentis. Les responsables fourmillent de projets pour faire vivre l’orgue ancien, l’instrument actuel mais aussi son immense potentiel.

Lire la suite